Marcher avec Malaak Shabazz…

Mardi 10 février 2015, un jour à marquer d’une pierre blanche…

Il y a quelques semaines, le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France) m’a lancé un sacré défi : faire une visite du Paris Noir à une invitée de marque : Malaak Shabazz, fille de Malcolm X (et de Betty Shabazz) et militante des droits de l’Homme ! C’est avant tout l’occasion de faire découvrir ma visite à une personnalité qui maîtrise le sujet, qui a une vision d’ensemble sur les thèmes que j’aborde. Et puis pour être honnête, un gros coup de pression pour moi. Sans doute le plus gros challenge depuis ma participation au Tea Time Club de France Inter en août dernier ! *

Comme d’habitude la visite a débuté Place du Panthéon. Mais avant que je ne commence, Louis-George Tin (Président du CRAN) et son invitée ont pris la parole pour rappeler l‘importance du mois de l’Histoire des Noirs, de la Décennie internationale des Personnes d’Ascendance Africaine mais aussi honorer la mémoire de Malcolm X, assassiné il y  a 50 ans à New York. Il y avait des media nationaux, des sites spécialisés, des blogueurs, des membres d’associations mais aussi des curieux qui se sont pris au jeu et ont suivi la visite jusqu’au bout.

Et puis finalement je me suis lancé. Et ça s’est plutôt bien passé. J’ai dû faire la visite en anglais et traduire en français pour les journalistes à chaque étape. Exercice un peu compliqué. Je me suis senti comme Jean-Claude VanDamme à faire d’horribles anglicismes toutes les deux phrases. Whatever…

Photo Aissata Tounkara/Nofi

Photo Aissata Tounkara/Nofi

Mais plus sérieusement ma principale crainte pour ce genre d’événements est évidemment que mes propos soient mal interprétés ou détournés. Au cours des visites du Paris Noir j’aborde un paquet de sujets sensibles et sans vouloir me prendre trop au sérieux, je fais attention à ce que je dis devant les media. En vérité mes craintes se sont très rapidement dissipées. La visite s’est faite sur un ton détendu malgré la météo. Et si Malaak n’a pas hésité à intervenir pour donner son opinion (souvent tranchée) sur les anecdotes et les histoires, elle n’a jamais cherché à transformer la balade une tribune politique. Après la visite j’ai eu la chance de prendre un café avec elle à Château-Rouge. Elle a été cordiale et disponible. Je crois qu’elle a beaucoup apprécié le tour malgré le froid et le décalage horaire.

Le soir j’ai assisté à la conférence de Ms Shabazz sur le racisme aux Etats-Unis (organisée par le Cran et l’ASH, Association des Etudiants en Sciences Humaines de la Sorbonne). Elle a tenu la salle (archicomble) en haleine pendant une heure et a ensuite pris le temps de répondre aux nombreuses questions tout en se montrant très abordable. J’ai même eu droit à un badge collector à l’effigie de son père en guise de remerciements ! Je tiens à mon tour à remercier le CRAN pour cette opportunité !

Et puis ça m’a valu de nouveaux sujets dans les media, notamment un article dans Jeune Afrique et une interview sur Nofi. Ah oui et dimanche à 18h30 une interview sur Télésud ! Ca fait maintenant un an et demi que je me suis lancé dans l’aventure du Paris Noir et même si je n’en vis pas (encore) c’est une aventure formidable. J’ai sincèrement l’impression de m’être enrichi (humainement), d’avoir évolué dans mon métier (et ma passion) de guide et enfin d’avoir fait de très belles rencontres. Je parle aussi de tous ceux qui sont venus à mes visites, des messages d’encouragement, de ceux qui relayent les news sur les réseaux sociaux. Ca montre que ce projet a sa place et j’espère qu’à l’avenir vous serez encore plus nombreux à vous y intéresser.

Parmi tous les projets que j’ai en ce début d’année il y aura bientôt une apparition dans Flâner, une série documentaire réalisée par Cecile Emeke. Cecile est anglaise, jeune et talentueuse. Elle dirige Strolling, des conversations informelles avec une jeune personnalité noire britannique (journaliste, acteur, écrivain, photographe). C’est très intéressant (on y parle de genre, d’identité, de culture…) et superbement filmé. Elle vient également de lancer un nouveau court-métrage et une série (Ackee and Saltfish) qui font un carton critique sur internet.

En décembre, Cecile m’a contacté pour me proposer d’apparaître dans Flâner (la version française de Strolling). Nous nous sommes rencontrés quelques semaines plus tard (en compagnie de son ami, l’acteur Abraham Popoola) dans le Quartier Latin et nous nous sommes posés au jardin du Luxembourg pour une conversation de deux heures. J’ai hâte de voir le résultat ! Je vous tiendrai au courant quand j’en saurai plus sur la diffusion. En attendant, je vous recommande vivement le premier épisode avec Christelle et Gaëlle. Elles parlent sans réserve de la condition des femmes noires en France, de multiculturalisme, du film bande de filles et de plein d’autres choses !

Enfin je vais bientôt contribuer pour Afropean, un media britannique qui explore les interactions entre cultures africaines et européennes. J’avais déjà écrit un article * pour eux l’année dernière. Et puis plein d’autres trucs mais je vous raconterai plus tard !

Tout ça ne m’empêche pas de vous donner rendez-vous pour de nouvelles visites ! Et puis avant ça sur Facebook Facebook, Instagram et Twitter !Twitter

A bientôt,

Kévi.

* (Ce n’est pas l’humblebrag, c’est de l’autoréférencement ! 😉

.

One Response to Marcher avec Malaak Shabazz…

  1. Dominique 25 février 2015 at 0 h 33 min #

    Un projet fantastique et intelligent.
    Je recommande ce Paris Noir .

Laisser un commentaire